Analyses génétiques et physiopathologie des maladies inflammatoires

David GENEVIEVE

Coordonnées :

Tel : +33 04 67 33 65 64 (secrétariat)
+33 04 67 33 61 04 (direct)
Fax: +33 04 67 33 60 52
Adresse: 371, Avenue du Doyen G Giraud 34295 Montpellier Cedex 5 - France
Le groupe :

GENEVIEVE David (PU-PH/CHU)

TRAN Tu-Anh (PU-PH/CHU Nimes)

SARRABAY Guillaume (PHU/CHU)

FILLERON Anne (CCA/CHU Nimes)

CEZAR Renaud (IR/CHU)

MECHIN Déborah (TH/CHU)

Mots-clés

Inflammation

Fièvre récurrente héréditaire

Arthrite

Inflammasome

Monocyte et Th17

Techniques utilisées - Savoir faire

Génétique moléculaire: séquençage, séquençage nouvelle génération

 

Biologie moléculaire et cellulaire: biologie des ARN et des protéines, culture  et transfection de lignées cellulaire et cellules primaires humaines, tests fonctionnels in vitro et ex vivo

 

Immunologie: purification et différentiation des lymphocytes T et B humain, cytométrie en flux

Les maladies auto-inflammatoires et osteoarticulaires chroniques représentent un énorme problème socio-économique pour notre société. Les maladies auto-inflammatoires (MAI) sont définies comme des maladies provoquées par un dysfonctionnement du système immunitaire inné. Ces maladies regroupent un large groupe de syndromes caractérisés par des attaques récurrentes de fièvre, des douleurs abdominales, de l’arthrite et des signes cutanés. La polyarthrite rhumatoïde (PR) et les arthrites juvéniles idiopathiques (AJI) sont des maladies inflammatoires systémiques et chroniques, qui se manifestent dans de multiples articulations. Bien que très différentes dans leurs manifestations, la plupart de ces maladies sont considérés comme un résultat d’une déficience des mécanismes auto-régulateurs du système immunitaire. L’étiologie de ces maladies demeure controversée.

 

Notre projet se décompose en 2 objectifs principaux :

 

1) Identification de nouveaux gènes par séquençage d’exome

 

L’avènement du séquençage nouvelle génération (Next Generation Sequencing, NGS) a bouleversé l’étude génétique des maladies humaines et le diagnostic de ces maladies en rendant possible l’étude du génome à l’échelle individuelle par le séquençage de tous les exons.

 

* La PR et les AJI sont considérés comme des maladies génétiques multifactorielles complexes. Nous proposons que dans certains cas rares, les patients atteints de PR ou d’AJI présentent une forme héréditaire. En 2012, notre groupe a initié un projet NGS sur des familles multiplexes dont au moins un des membres est atteint d’AJI afin d’identifier les gènes potentiels.

 

* Certains patients atteints de MAI adressés à notre diagnostic génétique et départements cliniques du CHU de Montpellier (http://umai-montpellier.fr/) sont génétiquement orphelins. Nous proposons d’identifier les gènes causatifs dans ces familles par NGS.

 

2) Physiopathologie

 

Basé sur des modèles génétiques de MAI definis ou sur de nouveaux gènes candidats responsable d’AJI, nous proposons par des études fonctionnelles de déterminer l’effet pathogène des mutations retrouvées dans le but de clarifier le rôle de ces gènes dans le développement de l’autoinflammation et de l’autoimmunité. 

 

* Le syndrome TRAPS

Des mutations hétérozygotes du gène TNFRSF1A codant le récepteur TNFR1 sont responsables du syndrome auto-inflammatoire TRAPS (TNFR-associated periodic syndrome). Nous avons identifié un nouveau transcrit alternatif de ce gène, appelée TNFR1-d2, qui est traduit par un codon initiateur interne conduisant à l’expression d’une protéine délesté de la partie N-terminale de TNFR1. Notre projet a pour objectif d’identifier in vitro la fonction moléculaire de TNFR1-d2 dans des voies de signalisation au TNF et d’élucider son implication dans la physiopathologie de TRAPS, en particulier chez des patients porteurs de la mutation T50M.

 

* Un nouveau gène d’AJI FR+, CCP+

Nous avons ainsi identifié un nouveau variant rare responsable d’une mutation de type codon stop dans l’exon 1 d’un gène candidat associé à l’AJI. Ce gène code une protéine du réticulum endoplasmique spécifique des lymphocytes B. En évaluant le stress du réticulum endoplasmique, nous proposons d’étudier les conséquences fonctionnelles du variant identifié afin de préciser les voies physiopathologiques jouant un rôle clé dans l’AJI.

 

* un nouveau gène d’AJI systémique

Dans 2 familles indépendantes présentant un nouveau syndrome combinant arthrite, autoinflammation et autoimmunité, nous avons identifiés des mutations dans un gène de l’inflammasome. Nous développons des tests fonctionnels in vitro et ex vivo afin d’évaluer la formation et l’activité de l’inflammasome, dans le but de définir l’effet pathogène de ces mutations sur la sécrétion des cytokines pro-inflammatoires IL-1β et IL-18.

 

Plus d’informations : https://umai-montpellier.fr/

Références bibliographiques

– Grandemange S. et al. Clinical dose effect and functional consequences of R92Q in two families presenting with a TRAPS/PFAPA-like phenotype. Mol Genet Genomic Med. 2017 Jan 14;5(2):110-116. doi: 10.1002/mgg3.229. eCollection 2017 Mar.

 

– Murarasu A. et al. Digenic MEFV/TNFRSF1A autoinflammatory syndrome with relapsing aseptic neutrophilic meningitis and chronic myelitis. Clin Exp Rheumatol. 2017 Nov-Dec;35 Suppl 108(6):128-129. Epub 2017 Jan 26. No abstract available. 

 

– Grandemange S. et al. A new autoinflammatory and autoimmune syndrome associated with NLRP1 mutations: NAIAD (NLRP1-associated autoinflammation with arthritis and dyskeratosis). Ann Rheum Dis. 2017 Jul;76(7):1191-1198. doi: 10.1136/annrheumdis-2016-210021. Epub 2016 Dec 13.

 

– Touitou I. et al. More on Sweet’s syndrome in patients with MDS and MEFV mutations. N Engl J Med. 2015 May 14;372(20):1970. doi: 10.1056/NEJMc1503146#SA1

 

– Sarrabay G et al. The auto-inflammatory diseases: a fashion with blurred boundaries! Semin Immunopathol. 2015 May 22. [Epub ahead of print]

 

– Sarrabay G et al. Diagnosis of cryopyrin associated periodic syndrome: Challenges, recommendations and emerging concepts. Expert Rev Clin Immunol. 2015 May 15;:1-9. [Epub ahead of print]

 

– Arnaud M et al. Kabuki syndrome: Update and review. Arch Pediatr. 2015 Apr 28. pii: S0929-693X(15)00111-6. doi: 10.1016/j.arcped.2015.03.020. [Epub ahead of print]

 

– Ciucci T et al. Bone marrow Th17 TNFα cells induce osteoclast differentiation, and link bone destruction to IBD. Gut. 2015 Jul;64(7):1072-81. doi: 10.1136/gutjnl-2014-306947. Epub 2014 Oct 8.

 

– Duroux-Richard I. et al. Circulating miRNA-125b is a potential biomarker predicting response to rituximab in rheumatoid arthritis. Mediators Inflamm. 2014;2014:342524.

 

– Rittore C et al. Identification of a novel exon 2-skipped TNFR1 transcript: regulation by three functional polymorphisms of the TNFR-Associated Periodic Syndrome (TRAPS) gene. Ann Rheum Dis. 2013 Mar 16. [Epub ahead of print]

 

– Présumey J. et al. Nicotinamide phosphoribosyltransferase/visfatin expression by inflammatory monocytes mediates arthritis pathogenesis. Ann Rheum Dis. 2013 Oct;72(10):1717-24. doi: 10.1136/annrheumdis-2012-202403. Epub 2013 Jan 12.